dimanche 28 octobre 2012

Mariage homosexuel en France, débat sans argument, un défaut dans les médias

Le débat est parti sur des chapeaux de roues, les donneurs d'avis ( les religieux et les psy surtout) causent. Les religieux parlant sont majoritairement contre, les psychanalystes sont pour et contre. Ni les uns ni les autres sont des scientifiques, les deux sont prêtres (cf argumentation de Deleuze).  Ils ne détiennent pas plus la vérité que quiconque, ils ne sont guère plus des philosophes reconnus par leurs pairs, et ce ne sont pas des sociologues non plus.

 Le moins drôle de l'histoire (car révélateur de notre société déséquilibré), c'est que ce débat ressemble étrangement à celui des O.G.M.. Statistiquement les Français sont autant contre les O.G.M que pour le mariage homosexuel. Pourtant sous couvert de volonté démocratique les médias veulent faire parler les deux camps. Mais les deux camps n'ont pas la même exposition ni la même puissance. Le dernier exemple : aussitôt qu'une expérience scientifique publie des résultats à l'encontre des OGM, que les pro-OGM semblent gagner le débat médiatique, pendant que le gouvernement actuel voit la chose autrement :
   De même pour le mariage homosexuel, les camps s'affrontent sans se faire face. Le média se met à notre place, au lieu de favoriser la critique, il est ici un parasite à la critique ( pour s'en donner une idée, visitez le site d'acrimed ).

  Dans le débat, il est oublié que le mariage n'est pas lié en soit à la religion alors que pour des religieux le mariage est forcément affaire divine (c'est une généralité) ?

   Le mariage est civil. Les psy contre le mariage homosexuel invoquent, eux, la santé psy des futurs enfants ? Que le mariage soit lié aux enfants est plus logique, mais pas nécessaire. Pour autant les arguments sont pauvres et même nuls. Comment considérer le bonheur de futurs enfants dans une famille qui n'est pas encore reconnue officiellement et sans les facteurs sociaux de tolérance.  Bien au contraire, dans se cadre le politique se démarque pour le camp de la tolérance alors que ces psy disent qu'ils sont contre parce que l'intolérance fera mal à l'enfant. Ainsi, sans émettre d'argument homophobe, ils soutiennent le camp homophobe minoritaire : argument pauvre.

Image extraite du film la Cité des Enfants Perdus


 Vu autrement, comment un psy, en tout objectivité, peut dire que dans une famille hétérosexuelle les enfants sont plus heureux ? Pour s'intéresser aux inégalités des enfants dans la société on peut visiter le site de l'observatoire des inégalités.
Les enfants sont heureux dans un environnement sécurisant et chaleureux, des paramètres totalement indépendants de la sexualité des parents, au contraire des paramètres financiers et d'éducation, pour n'en citer que deux.
C'est pourquoi les mesures de protection de l'enfant n'ont heureusement pas attendu les couples homosexuels, bien au contraire ils ont commencé par défendre les enfants issus de couples hétérosexuels, et pour autant personne n'a remis en cause l'hétérosexualité comme facteur de risque dans l'équilibre psychique de l'enfant. Pourquoi ? Parce que cela n'a rien avoir. : voilà pourquoi l'argument des psy contre le mariage gay est nul, pour ne pas dire absurde.