jeudi 3 janvier 2013

La mondialisation à nue, acheter du made in China aux Etats-Unis sponsorise les camps de travail

Les fêtes de fin d'année...  tant d'ignorance/innocence où les idées de générosité fusionnent avec les croyances et les intérêts financiers.

Grâce à notre gouvernement PSUMP (par la valse des élections) qui nous veut solidaires du destin de la nation... (ou devrait-on comprendre : solidaires des amis du PSUMP). La retraite est attaquée sur des arguments majoritairement acceptés, les fonctionnaires attaqués depuis des années (peut-être parce qu'ils voient trop ce qui se passe en coulisse et qu'ils n'ont pas d'équivalent aux prud'hommes), ET les taxes aux entreprises sont interprétées comme des obstacles au sortir de la crise...

Hum... On en avale des couleuvres comme des chocolats de Noêl. Nous croyons que l'indigestion vient des huîtres, mais peut-être pas...
Par exemple :  heureusement que ce n'est pas dans ces champignons de Paris* que Julie Keith, dans l'Oregon (Etats-Unis), a trouvé la lettre d'un chinois condamné au travail forcé (Métro), la bouchée aurait été rude. Julie a trouvé cette lettre dans une boîte de décoration pour Halloween acheté chez Kmart. La personne qui a pliée en 8 sa lettre au milieu du kit tombal voulait que son écrit atteigne les bureaux de Human Right Watch, une ONG américaine.
La mondialisation néo-libérale tombe ici les apparences. Pas de design publicitaire, de logo ou d'argument de vente, le condamné chinois décrit simplement ce que lui et ses co-détenus vivent : un travail rémunéré 1,24 euros par mois, sans jour de congés, sans week-end. Et s'ils se plaignent, le bâton les attend.
Kmart est une enseigne américaine qui vante ses bas prix, concurrente de Wal-Mart.
De même aller à Gémo pour acheter un petit vêtement pour enfant pas trop cher, et hop, étiquette Gémo, made in China, même pour un vêtement estampillé Lulu et Castagnettes. Oui, nous le savons depuis longtemps, le made in China est partout. Mais si parfois le sentiment du péril jaune est utilisé, ne faudrait-il pas plutôt mettre en avant des arguments ? Sweatshops, tortures, camps de travail et tout ce qui s'y passe...

En effet, le camp de Mansajia, d'où est partie cette lettre, n'est pas inconnu :

NDTV est censurée en Chine

Les gardiens du camp de Mansajia usent de la matraque, forcent des condamnés à avaler des psychotropes, les écartèlent aussi et font revivre la vieille torture moyenâgeuse consistant à forcer la victime à boire plusieurs litres d'eau en peu de temps, on appelait ça "la cure par l'eau" et selon la quantité d'eau ingérée, les dommages peuvent aller jusqu'à l’œdème cérébral et la mort.
Aller, je suis une bête, mais pas méchant ! Je vous offre une quasi bonne nouvelle, le système des camps de travail en Chine pourrait être remis en cause. Les chinois commencent à en avoir assez de cet héritage de l'ère Mao et certains politiques semblent d'accord. Une pétition chinoise a été signée par des milliers de personnes et le sujet est même présent dans les médias. (pour les anglophones voici l'article sur ce mouvement )

Face à cette économie, il y a des mouvements (que l'on pourrait qualifier d'underground tant les thuriféraires néolibéraux contrôlent notre monde de l'information) qui cherchent à montrer le vrai visage de notre économie libérale qui veut toujours plus ( définition de la croissance, non ?). Il y a eu l'île aux fleurs, un joli petit court-métrage très efficace qui lit nos achats avec les classes sociales : les pauvres mangent ce qui est jeté par la classe moyenne et celle encore au-dessus. Naomi Klein a cherché, dans l'élan de l'apparition des altermondialistes ( opposition protéiforme et multiculturel au Marché Unique ), a édité No Logo, un bouquin de référence qui montre la logique des marques et les profits des entreprises internationales fait à travers les bas-salaire et leur contraste avec la croissance (des prix toujours plus haut... au point qu'il faut régulièrement créer des nouvelles monnaies pour faire passer les pilules). Ce mouvement est étouffé, décrédibilisé. De la même manière que les majors achètent les brevets de la concurrence qui pourraient leur faire des parts de marché moins grande (le mouvement naturel de toute structure vivante est la recherche d'équilibre ( c'est l'homéostasie chez l'homme), hors ces brevets achetés pour être enterrés auraient pu équilibrer les forces) Outre ces brevets ingénieux, les forces du logiciels libres tentent elles aussi de s'opposer à l'hégémonie de la marque à la fenêtre (par exemple). Et aujourd'hui, les indignés sont également attaqués, parfois assimilés à des terroristes.

Pour un peu plus de lecture : Iris** décide de nommer les camps de travail chinois personnalités de l'année 2012,  http://www.iris-recherche.qc.ca/blogue/l%E2%80%99autre-personnalite-2012-le-camp-de-travail-chinois

* La Chine produit 70% de la production mondiale de champignon de Paris

** L’IRIS, un institut québécois de recherche sans but lucratif, indépendant et progressiste, a été fondé en 2000.
L’Institut produit des recherches sur les grands enjeux de l’heure (partenariats public-privé, fiscalité, éducation, santé, environnement, etc.) et diffuse un contre-discours aux perspectives que défendent les élites économiques.
Contrairement aux tenants d’un néolibéralisme qui limite l’existence humaine aux rapports économiques atomisés, l’IRIS fait la promotion d’un équilibre entre l’intérêt collectif et la liberté individuelle.