mercredi 20 juin 2012

Deux jeunes Tibétains s'ajoutent à la listes des immolés : 41 depuis 2009

L'homme est un animal, avec ses spécificités soit, mais un animal tout de même. Tout le monde n'accepte pas cette vision pourtant je ne dis pas ça pour dénoncer l'homme comme un cochon ou la femme pareillement. Cela n'a rien à voir avec une formule péjorative.
Même si nous sommes doués de réflexion, nous avons aussi des réflexes grégaires, comme le bâillement d'un individu au hasard, celui-ci nous indique qu'il est temps pour le groupe de s'endormir ; comme la peur, voir les amygdales rhinencéphales ; ou vomir, car notre vis à vis vomit et que cela pourrait nous sauver d'une intoxication.

Qu'est-ce que ce charabia ? vous dites-vous. Les Tibétains se brûlent suite à l'oppression chinoise et voilà tout... sauf que, répondrions-nous, si le rire est le propre de l'homme, ce n'est pas le cas du suicide. En fait, cette série de suicides au Tibet a apparemment un but commun: exprimer dans la souffrance, au nom du peuple opprimé, la demande du retour de la liberté et du Dalaï Lama.

Le suicide pour se produire doit inhiber le naturel protecteur de la vie pour elle-même. Après tout, après avoir vécu sur une terre plus ou moins hostile selon les ères, elle ne va pas s'évanouir si facilement. Toutefois c'est justement le nœud du problème : la vie privilégie l'intérêt collectif car c'est sa meilleure option de survie, ainsi certaines espèces pondent des centaines d’œufs. Hors la Chine, dans son acte d'invasion puis d'occupation, d'impérialisme à but de sinisation, menace les tibétains qui, malgré ces affres, conservent le sentiment d'appartenance à une société tibétaine à part : le suicide devient ici un moyen extrême de sauvegarde de son groupe social.
On précisera que dans le cas, politique, du Tibet, le désespoir, le sentiment d'abandon, le non-droit à la parole, le fait d'avoir un membre de la famille emprisonné, torturé, suicidé en raison de la dictature, la forte présence militaire chinoise, l'incitation à la délation, l’œil occident compatissant mais le portefeuille occident convolant avec la Chine et  une désobéissance civile sévèrement réprimée limitent bien trop grandement les possibilités de communications classiques des tibétains.

Quant aux flammes, les liens auto-immolation par le feu et religion / auto-immolation et invasion sont forts. Déjà chez les gaulois, les soldats désespérés enflammaient leur corps. Selon des chercheurs entre 1963 et 2002 : il y aurait eu autour de 533 immolations par le feu. Mais pour l'analyse, je laisse le spécialiste psychiatre et anthropologue s'exprimer :
 "Autrement dit, la multiplication des cas d'immolation par le feu est avant tout révélateur d'une pathologie de la société dans son ensemble. «Ils ont lieu dans des pays où on est au stade zéro de l'être. C'est même difficile de parler d'individus. La population est obligée de faire ce que les dictateurs leur imposent», explique encore Rita El Khayat. Elle évoque aussi des facteurs économiques et sociaux: le chômage, les inégalités sociales, la corruption des élites. Mais pour cette psychiatre marocaine qui est aussi anthropologue, c'est le monde dans son ensemble qui devient de plus en plus dur, matérialiste et hostile. Il y a un véritablement désenchantement propice à l'accroissement du nombre de suicides ou de tentatives. «Certains pays sont plus caricaturaux de dureté que d'autres», ajoute-t-elle."
Ceci est extrait d'un article de www.slate.fr écrit lors de l'immolation du jeune tunisien Mohamed Bouazizi en 2010
... Or, la Chine fait malheureusement bien partie de ces pays caricaturaux